Dawavita: la farine de sorgho à longue durée de vie arrive sur les marchés au Nigéria

Un groupe de femmes appréciant des plats à base de la farine Dawavita. Credit Photo: Dawavita

Au Nigéria, une entreprise unique en son genre, un grand moulin à farine a mis au point une farine de sorgho transformée d’une durée de conservation pouvant aller jusqu’à 6 mois. En règle générale, la farine de sorgho a une courte durée de conservation inférieure à 3 mois. Ce produit innovant ouvre de nouveaux marchés, crée des emplois pour 40 000 personnes impliquées dans la chaîne de valeur et libère le temps dont disposent les femmes, car le traitement manuel de la farine de sorgho à l’aide de méthodes traditionnelles prend 80 minutes.

Cela a été réalisé grâce à une collaboration avec des scientifiques de l’ICRISAT, qui a permis d’identifier les meilleures variétés de sorgho à transformer et perfectionner leurs pratiques de traitement afin de maximiser la durée de conservation. Tout a commencé en 2016 lorsque le Dr Hakeem Ajeigbe, représentant national de l’ICRISAT au Nigéria, a rencontré dans son bureau M. Alhaji Sani Umar, Directeur Général adjoint de Northern Nigeria Flour Mills (NNFM) plc et M. Sadiq Usman, Directeur Général adjoint en charge de l’exploitation, Agro- Alliés, Flour Mills of Nigeria plc. «Je leur ai montré de la farine de sorgho, ce qui les a encouragés à se lancer dans la transformation du sorgho. Nous avons discuté des pratiques de culture du sorgho et de la valeur nutritionnelle plus élevée de la culture par rapport aux céréales comme le maïs et le blé. Je leur ai donné neuf variétés de sorgho pour tester la qualité de la mouture. Cela a abouti à la sélection de SAMSORG 17 – le sorgho jaune générique (Kaura) », se souvient le Dr Ajeigbe.

La farine de sorgho libérée sur les marchés nigérians porte le nom et la marque «Dawavita». Il est riche en fibres et cuit en 15 minutes. Une bonne nouvelle pour les consommateurs, en particulier pour les femmes pour qui la durée de conservation de la farine et le temps de cuisson déterminent leurs choix et leurs décisions en matière de consommation. Comme la majorité des consommateurs, Mme Hafsat Ibrahim, agent de vulgarisation auprès du Programme national de développement agricole (ADP) et consommatrice de Kano, estime que «cela a considérablement réduit les difficultés rencontrées dans la transformation du sorgho en repas. De plus, les femmes gagnent du temps et l’utilisent pour d’autres activités domestiques ».

Cette innovation est le fruit d’une collaboration de longue date entre l’ICRISAT et NNFM via une plateforme d’innovation. NNFM est le principal transformateur de céréales de base à grains entiers, fournissant des aliments pratiques, nutritifs et savoureux à des prix très abordables aux familles du nord du Nigéria.

L’usine «Dawavita», d’une capacité installée de 100 000 tonnes métriques par an, est un bon exemple car la manière d’investissement stratégique de cette entreprise pour créer des emplois de qualité et renforcer le pouvoir économique des zones rurales peut changer la donne. Avec près de 40 000 personnes impliquées (agriculteurs, ouvriers, logistique, commerçants, fournisseurs de services de recherche et de vulgarisation, etc.), l’usine «Dawavita» offre plusieurs opportunités qui peuvent être exploitées par les producteurs de sorgho et les familles urbaines. « À cet égard, la collaboration active entre l’ICRISAT et le NNFM, en tant que principal acteur de la chaîne de valeur, sera renforcée par la fourniture de semences de variétés de sorgho de type Kaura à maturité précoce », a déclaré le Dr Ignatius Angarawai, sélectionneur de Sorgho de l’ICRISAT. à Kano, au Nigeria.

«La garantie d’une farine de haute qualité résultait des activités menées précédemment dans le cadre du projet (HOPE II), et maintenant l’Amélioration accélérée des variétés et la distribution de semences de légumineuses et de céréales en Afrique (AVISA), et le Programme d’appui à l’agenda de transformation de l’agriculture, phase 1 (ATASP-1) au Nigéria.

Les activités comprenaient une feuille de route pour les semences durables avec des plates-formes innovantes fortes, le développement et le profilage appropriés de produits, la formation aux bonnes pratiques agricoles pour la production de semences par les sociétés semencières et la démonstration de technologies améliorées avec des transformateurs et des agrégateurs », a expliqué le Dr Angarawai Ignatius.

Plus de 300 participants ont assisté au lancement de la farine de sorgho «Dawavita» le 27 août à l’hôtel Bristol Palace de Kano, dans l’État de Borno. Les participantes en particulier étaient satisfaites de ce nouveau produit, une innovation brillante rendue possible par l’ICRISAT et ses partenaires au Nigéria.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow us