Des partenariats pour apporter aux petits agriculteurs les semences dont ils ont besoin

Hyderabad est parfois appelée la « capitale semencière de l’Inde ». Ce fut certainement le cas à la mi-mars lorsque la ville a accueilli l’India Seed Congress (ISC). Le thème principal était « Semences pour le développement durable ».

Hervé Thieblemont, Ian Barker, AM Rao et Raghavender Dantapuram (de gauche à droite) ont représenté notre Fondation. Nos partenaires du secteur semencier, tels que Eagle, Motti, Sattva, Sai Bhavya et Kamadgiri, étaient également présents en force. Plusieurs entreprises fournissent déjà  » notre  » maïs AAA* aux petits exploitants indiens. Notre équipe s’est également engagée avec une douzaine de nouveaux partenaires potentiels. Ceci illustre l’intérêt que le maïs AAA a déjà gagné depuis son pré-lancement en 2018.

La National Seed Association (NSA), qui gère l’ISC, compte environ 500 membres. Le Secrétaire général de la NSA, Pranjivan P. Zaveri, a déclaré aux participants : « Notre vision est de créer une industrie dynamique, innovatrice et compétitive à l’échelle internationale, fondée sur la recherche et fournissant des semences de haute qualité qui profitent aux agriculteurs indiens. Il a également souligné quelques chiffres intéressants. Le marché indien des semences représente actuellement un marché total d’environ 3 milliards de dollars. Cela peut sembler beaucoup, mais ne représente en fait que 5% du marché total des intrants agricoles. Comme l’a souligné M. Zaveri, dans les pays développés, le ratio serait plus proche de 10 à 15 %. Avec quelque 170 millions d’hectares cultivés par les agriculteurs indiens, la NSA voit une « opportunité commerciale massive ».

L’ISC fonctionne en parallèle avec des sessions techniques et des  » tables de négociation « . Cette année, l’exposition comptait 45 stands. « Entre les réunions individuelles avec nos partenaires semenciers, nous avons assisté à des sessions intéressantes », explique Hervé Thieblemont, notre responsable régional du développement des semences. « Il s’agissait de sujets aussi variés que la technologie d’édition génétique, la menace de la légionnaire d’automne en Asie et les partenariats public-privé qui contribuent à doubler les revenus des agriculteurs « .

Lors de cette dernière session, Pasupuleti Janila a expliqué comment l’ICRISAT est à l’avant-garde des partenariats pour les cultures hybrides comme le sorgho. Notre Fondation en est membre et, en tant qu’entreprise sans but lucratif, elle sert de pont naturel entre les secteurs public et privé. « En plus de ses idées intéressantes, Dr Janila a aussi ajouté de la diversité entre les sexes lors d’une séance plutôt centrée sur les hommes « , commente Hervé.

En résumé, Ian Barker, responsable de Seeds2B, déclare :  » En résumé, Hyderabad a accueilli un CSI très dynamique, interactif et fructueux. Nous attendons avec impatience de nombreuses autres activités en faveur des petits exploitants indiens.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow us