LES LEGUMES: DE LA SCIENCE DE LA DÉCOUVERTE À LA SCIENCE DES PRODUITS LIVRÉS

Le voyage du projet Legumes tropicales au projet AVISA

« Ce n’est pas la fin, c’est un nouveau départ. »

Développement des ressources génétiques pour les légumineuses, plates-formes de semences innovantes et durables, renforcement des programmes de sélection des systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA), diffusion de plus de 307 variétés améliorées de légumineuses ciblées et formation de 52 jeunes scientifiques qui seront les porte-flambeaux de la science agricole en Afrique subsaharienne et l’Asie ont été les principales réalisations du projet Légumineuses Topicales. Celles-ci ont été examinées lors de l’atelier de fin de projet tenu en Tanzanie. Le projet, soutenu par la Fondation Bill & Melinda Gates, a réuni des partenaires de 15 pays sur une période de 12 ans.

Le projet Légumineuses tropicales (phases I, II et III) ainsi que les projets de développement associés dans les régions ont permis de produire environ 498 034 tonnes de semences certifiées sur six cultures de légumineuses (pois chiche, haricot, niébé, pois cajou, arachide et soja) dans les pays cibles du projet (Mali, Burkina Faso, Ghana, Nigéria, Éthiopie, Ouganda, Tanzanie et Inde – État d’Uttar Pradesh).

Ces régions disposent désormais de systèmes de semences plus solides – avec des semences certifiées produites sur environ 5,0 millions d’hectares par plus de 25 millions de petits exploitants dans 15 pays et au-delà, produisant environ 6,1 millions de tonnes de céréales pour une valeur de 3,2 milliards de dollars.

La troisième phase du projet sur les légumineuses tropicales (TL III) a été dirigée par l’ICRISAT et mise en œuvre conjointement par le Centre international d’agriculture tropicale (CIAT) et l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA), en étroite collaboration avec 15 SNRA de huit pays de la sous-région. Afrique sub-saharienne et Asie du Sud. Avec la fin de ce projet, une partie du travail effectué dans ce domaine sera reportée dans le projet AVISA – Amélioration variétale Accélérée et livraison de semences de légumineuses et de céréales en Afrique.

Principaux impacts du projet sur les légumineuses tropicales

  • Les interventions sur les cultures d’arachides ont démontré une augmentation de 32,35% des revenus, 6,72% des ménages sortis de la pauvreté et 14% de l’insécurité alimentaire
  • Dix variétés d’arachides, dont six à haut rendement, tolérantes à la sécheresse et quatre ELS, commercialisées au Mali
  • Sept variétés d’arachides présentant des caractéristiques telles que la tolérance à l’aflatoxine, la maturation précoce, la tolérance à la sécheresse, etc. sont disponibles.
  • En Inde, le programme national sur les pois chiches pour le développement de variétés améliorées a permis d’améliorer la superficie jusqu’à 68%
  • Le programme de pois chiches en Éthiopie a remporté un prix national en 2013 pour la science et l’innovation
  • Le nombre de nouvelles variétés améliorées de haricots communs a été multiplié par sept entre 2011 et 2018

Ce qu’ils ont dit…

Le Dr Jeff Ehlers, administrateur principal de programme à la Fondation Bill & Melinda Gates, a félicité toutes les personnes impliquées dans les projets. «Il est satisfaisant de noter qu’ensemble, nous avons pu atteindre l’objectif d’augmentation de productivité d’environ 25% dans certaines cultures et le projet a introduit de nombreuses variétés améliorées dans les champs des agriculteurs. « 

«Avec un investissement total de 67 millions de dollars US et des partenaires, nous avons été en mesure de réaliser autant de progrès sur le terrain», a déclaré le Dr Geoffrey Mkamilo, Directeur Général de l’Institut Tanzanien de Recherche Agricole (TARI), reconnaissant du soutien de la Fondation Gates au fil des ans. .

Le Dr KK Sharma, Directeur Général Adjoint à la recherche à l’ICRISAT, a déclaré: «L’une des meilleures choses à propos de ce projet est le grand nombre de partenariats qu’il a créé. J’appelle les partenaires des SNRA et tous nos autres partenaires à poursuivre l’excellent travail réalisé ces dernières années dans le projet AVISA. ”

Hamidou Traoré, Directeur Général de l’Institut de l’environnement et Recherches Agricoles (INERA) du Burkina Faso, a souligné la grande volonté politique et l’appui du gouvernement, tandis que le Dr David Chikoye, Directeur Régional (Southern Africa Hub) de l’IITA, a déclaré: « Nous avons fait de grands progrès dans le renforcement des capacités, la publication de variétés améliorées et le renforcement de nos partenariats entre régions. »

Le Dr Robin Buruchara, Directeur de l’Alliance panafricaine pour la recherche sur le haricot (PABRA), a présenté le point de vue du CIAT et a déclaré: «Le projet TL, par l’intermédiaire de PABRA, a profité non seulement aux pays ciblés, mais également à plus de 30 autres pays grâce au partage de germoplasme et au renforcement de capacité. »

«Nous avons eu un retour sur investissement supérieur à 25 dollars US dans ce projet», a déclaré le Dr Rajeev Varshney, Directeur du programme de recherche, Gains génétiques -ICRISAT, et principal chercheur du projet TLIII. «De cultures orphelines autrefois, ces cultures bénéficient désormais du statut de cultures riches en ressources de la génomique. En plus de développer 307 variétés, les produits d’amélioration moléculaire ont également atteint les champs des agriculteurs en Afrique subsaharienne et en Asie. Nous avons documenté les réalisations, les leçons, les défis et les lacunes de ce projet qui sera publié dans un numéro spécial de la revue Plant Breeding. ”

L’intégration de la problématique hommes-femmes, l’adoption de la collecte de données numériques et le renforcement des capacités institutionnelles étaient quelques-uns des principaux problèmes signalés par le Dr Chris Ojiewo, Coordonnateur Global du projet Tropical Legumes III.

Le Dr Moses Siambi, Directeur sortant du programme de recherche pour l’Afrique orientale et australe, ICRISAT, a déclaré: «Nous sommes confrontés à un dilemme entre la commercialisation de la nouvelle technologie et celle de s’assurer qu’elle parvient à l’agriculteur. Nous avons besoin d’un système hybride permettant aux entreprises semencières de gagner de l’argent tout en maintenant la technologie à un prix abordable. ”

Le Dr Ramadjita Tabo, Directeur du programme de recherche pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre (WCA) – ICRISAT, a déclaré: «Nous remercions la Fondation Gates pour les TL I, II, III, HOPE I, II et maintenant AVISA. Je demande aux partenaires nationaux de s’investir davantage dans le renforcement de leur écosystème de recherche dans le pays pour avoir un impact durable à long terme ».

Pooran Gaur, Directeur du programme de recherche pour l’Asie, a rappelé: «Durant mes 18 années à l’ICRISAT, c’est l’un des projets que j’ai le plus apprécié. Nous, partenaires, sommes comme une communauté. Ce projet avait une vision à long terme et abordait les principaux défis des régions. »

M. Satish Nagaraji, Directeur principal, Agriculture numérique, ICRISAT, et le Dr Abhishek Rathore, scientifique principal – Gestion des données, ont également été mentionnés. Ces contributeurs clés ont évoqué la nécessité de moderniser les programmes de sélection afin d’utiliser les données de recherche avec une efficacité maximale.

Retrouvez la version originale de cet article sur le site de l’ICRISAT

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow us