L’entraînement et les semis contribuent à la réalisation d’un rêve

Pour ce jeune homme, écouter sa sœur était une bonne idée. Se joindre au Farmers’ Hub local était encore mieux. Et les légumes pourraient même un jour payer deux diplômes de médecine.

happy_razzakul_playing_with_his_son_sfsa_b_0

Razzakul Islam a grandi à Kachabari, un village du nord du Bangladesh. Il était l’un des nombreux frères et sœurs et n’a pas hérité d’une part personnelle de la terre. Chaque jour, il travaillait dans les champs de son père et rêvait de cultiver les siens.

Il y a quelques années,’Razzak’ a rendu visite à une sœur à quelques heures de là. Il lui a dit qu’il était frustré par les faibles rendements de la saison précédente. Il n’avait gagné que 12 000 taka sur 33 décimales de terre (environ 140 $ sur 0,133 ha). Sa sœur a ensuite partagé le  » secret du rendement  » de sa famille. Elle a parlé à Razzak de semis sans sol très résistants achetés au Farmers’ Hub (FH*) local. Il a été très impressionné, et il y est allé tout de suite.

Là, il a découvert que la FH ne vend pas seulement des plants de qualité. Elle forme également les agriculteurs à la culture de cultures spécifiques, loue des machines modernes et gère une plate-forme de vente pour les récoltes. Razzak est devenu très enthousiaste, et a obtenu des semis et des machines du Hub. Cette saison-là, son rendement a augmenté de 30 % et ses revenus ont triplé. Il s’est dit qu’il serait beaucoup plus rentable s’il avait sa propre terre et s’il y avait une FH à proximité.

Heureusement, fin 2015, une FH s’est ouverte dans le sous-district de Razzak. « J’ai réalisé que je pouvais enfin commencer à marcher vers mon rêve », se souvient-il. Il a emprunté 20 000 taka à BRAC**, et a pris une hypothèque sur 25 décimales juste à côté du Hub.

razzakul_islam_in_his_field_sfsa_b

Razzak a rejoint la FH, et s’est immédiatement inscrit à une formation sur la culture maraîchère. Après avoir terminé le programme, il a loué des machines FH et acheté des semis de qualité pour commencer la culture. « Nous avons appris quelle était la période idéale pour cultiver des légumes « , explique-t-il. « Les plants que j’ai eus sont aussi très résistants. Ensemble, ces choses ont vraiment changé mon agriculture. »

Lorsque des défis se sont présentés sur le terrain, Razzak a demandé des conseils supplémentaires. Après la récolte, il vendit ses produits à la FH. Sa première récolte lui a rapporté 55 000 taka. Il a investi le bénéfice dans 50 autres décimales et a continué d’ajouter des terres depuis lors.

« Aujourd’hui, j’ai une hypothèque sur 250 décimales. Sur les deux tiers de la terre, je cultive à tour de rôle le brinjal, le concombre, la tomate et la gourde en bouteille. » Les rendements de Razzak sont de 30 à 40% plus élevés que ceux des non membres de FH, et son revenu est une marge similaire en perspective. Il réalise aujourd’hui entre 175 000 et 200 000 taka de bénéfices, soit au moins 14 fois plus qu’avant !

Ces nouveaux revenus ont permis à Razzak d’ouvrir une épicerie. « Le magasin m’apporte 5000-6000 taka de plus par mois », rapporte-t-il. Razzak a également ajouté une chambre et une salle de bain à sa maison. Inspirés par son succès, une vingtaine de voisins se sont lancés dans la culture maraîchère, avec des conseils de FH et des semis.

Razzak a de grands projets : « Cette année, notre maison aura une autre chambre. Au cours des quatre prochaines années, j’achèterai ma propre terre. Mes deux enfants veulent devenir médecins, et je veux les soutenir jusqu’au bout. »

Le programme Farmers’ Hubs a débuté au Bangladesh et se répand maintenant ailleurs. Les centres offrent de multiples services aux agriculteurs locaux. Chacun est conçu pour fonctionner comme une entreprise rentable, et augmente également les revenus de ses clients. visitez notre page Farmers‘ Hub.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow us