Un nouveau projet financé par l’Union Européenne pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali, au bénéfice de 40 000 personnes

Delegates during the launch meeting of APSAN-Mali project at ICRISAT-Samanko in Mali. Photo: N Diakite, ICRISAT

Un nouveau projet visant à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Mali en améliorant la productivité des cultures et la résilience climatique a récemment été lancé par l’ICRISAT au Mali. Le projet quinquennal financé par l’Union Européenne doit bénéficier à environ 40 000 personnes dans les régions de Kayes, Koulikoro, Ségou et Mopti au Mali.

Le projet, « Amélioration de la productivité des cultures et de la résilience climatique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (UE –APSAN -Mali) », visera à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, la résilience climatique et la productivité agricole en fournissant des variétés de mil, de sorgho, d’arachide et de niébé grâce à une sélection modernisée. Il va également renforcer les systèmes de semences autour de nouvelles variétés et hybrides améliorés grâce à un partenariat public- privé, à faciliter l’échange de matériel génétique et de données à l’échelle régionale et à renforcer durablement les équipes de recherche dans les approches de sélection modernes.

Selon le Dr Ramadjita Tabo, le projet a de fortes synergies avec d’autres projets de l’ICRISAT et avec un projet majeur également financé par l’UE et coordonné par le Conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF). « Nous avons l’occasion de jeter les bases d’un grand projet visant à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi que les revenus de milliers de Maliens », a déclaré le Dr Tabo.

Le projet sera réalisé en partenariat avec l’Institut d’économie rurale (IER). Lors du lancement UE-APSAN- Mali, le Dr Abdoulaye Hamadoun, Directeur Général de l’IER, a salué les efforts pour améliorer la sécurité alimentaire tout en reconnaissant le soutien apporté par l’ICRISAT à son institut dans le développement de technologies appropriées pour lutter contre le changement climatique.

M. Olivier Lefay, représentant de la délégation de l’Union européenne, a décrit UE-APSAN-Mali comme le premier projet de recherche agronomique de ce type. Le travail effectué par l’ICRISAT dans le passé dans la région, en particulier au Niger pour régénérer les terres dégradées, et les travaux de l’IER au Mali, ont contribué à ce nouveau partenariat avec ces institutions, a-t-il expliqué.

M. Seydou Keita, conseiller technique, représentant le ministère de l’agriculture du Mali, a souligné que l’amélioration et l’adoption de variétés à haute performance est une étape majeure en termes de productivité et de débouchés commerciaux. Il a exhorté tous les partenaires à redoubler d’efforts dans le développement de variétés mieux adaptées à la diversité des écosystèmes et aux demandes des agriculteurs et des utilisateurs finaux. Il a déclaré que le gouvernement du Mali restera à la disposition de tous pour soutenir une agriculture durable afin d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, d’augmenter les revenus des agriculteurs et d’améliorer la résilience des agriculteurs les plus pauvres au changement climatique et à la vulnérabilité économique.

Le Dr Baloua Nebie, sélectionneur de sorgho à l’ICRISAT, coordonnera le projet. Il sera exécuté par une équipe interdisciplinaire composée de sélectionneurs, de socio-économistes, d’agronomes, de spécialistes de l’impact du changement climatique, de spécialistes du genre, de la communication et de nutrition de l’ICRISAT et des institutions partenaires. 

Projet: Amélioration de la productivité des cultures et de la résilience climatique pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle (UE – APSAN-Mali)
Bailleur: Développement de l’innovation intelligente par la recherche en agriculture (DeSIRA) à travers l’Union Européenne

Partners: Institut d’Economie Rurale, farmers organizations (Union locale des producteurs de céréales- ULPC, Sene Yiriwaton, Coopérative des producteurs de semence du Mande – COOPROSEM, Union des Agriculteurs du Cercle de Tominian – UACT, Union Nietaa, USCPMD), Agricultural extension, NGOs (Mali Agricultural Market Development Trust – MALIMARK, European Cooperative for Rural Development – EUCORD, Association Malienne pour la Souveraineté et la Sécurité Alimentaire
– AMASSA, Centre d’Appui d’Autopromotion et de Développement – CADD, Association Malienne d’Éveil au Développement Durable – AMEDD) et les compagnies semencières (Société de Production de Semences Améliorées – SOPROSA, Camara Semence, Dounkafa, Faso Kaba), CERAAS, CORAF et Universités.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow us